ASSOCIATION FRANÇOIS - COMITE FRANÇOIS


   Accueil 

Cannabis mortel au Lycée : résumé de l'affaire

Chronologie détaillée

Anomalies dans les enquêtes

Les dysfonctionnements au lycée

Extraits de presse

Engagement des parents

Comment nous aider

Liens

Signataires du comité

Témoignages de soutien

 lie Situation en  juin 2017

 A l'Assemblée Générale de janvier 2016, les adhérents ont pu enfin disposer du DVD et du livre, dont la réalisation venait de s'achever. Ils ont été invités à diffuser ces documents, comme appui de notre action, afin d'étendre autant que possible l'information sur notre cause.

  • "Tu t'appelais François", DVD réalisé par Laurent Merlin. https://www.youtube.com/watch?v=R6skm6TGDuQ

  • Le livre "Cannabis mortel au lycée", verbatim des témoignages enregistrés pour le film, enrichi du rapport d'investigation du cabinet Carré (2006).

  •  Le résumé imprimé du livre sur feuille volante recto-verso reprenant l'article publié sur notre site à l'onglet Cannabis mortel au Lycée: résumé de l'affaire imprimable en PDF (cliquez)

    • en accompagnement du DVD

    • également utilisé pour information

Nous disposons encore d'un certain nombre d'exemplaires du livre et du DVD, qui peuvent être obtenus en envoyant un courrier aux responsables de l'association.


En février 2016, nous avons confié le dossier à une nouvelle avocate connue pour son militantisme dans des affaires sensibles.

Comme chacun sait, le non lieu prononcé le 9 août 2001 clôt l'affaire. Seul un fait nouveau révélé peut permettre l'ouverture d'une nouvelle information.

Il faut "faire se délier les langues", nous préconise l'avocate et obtenir des faits nouveaux, à partir de témoignages.

 

1°  Nous avons donc lancé une campagne d'appel à témoins.

En plus du DVD et du livre, les adhérents ont été destinataires de courriels, les invitant à chercher des témoins potentiels. Nous n'avons reçu jusqu'à présent que des témoignages de sympathie.

Merci à Michel-Paul Bourdin, l'ancien élève qui nous a ouvert les pages du site qu'il a créé :

" Mémoires Vives du Lycée de Montgeron" (http://mem.viv.free.fr/).

Il nous a apporté chaleureusement une aide aussi dévouée qu'efficace en mettant en ligne

Il a adressé un message aux 210 anciens élèves ou professeurs dont il avait l'adresse électronique, pour les inviter à se connecter.

 

2°  Début 2017, une nouvelle piste s'ouvre grâce à la déclaration du médecin urgentiste arrivé sur les lieux en 1997.

La lecture du certificat de décès, permet de soulever un point qui n'avait jamais été relevé jusque là : le médecin appelé sur le lieu de la découverte du corps, note des "ecchymoses multiples et une plaie importante thoracobrachiale gauche".

Cette constatation prouve qu'il a observé attentivement le corps, dont il conclut au décès. Si, à la suite de cet examen, il ne mentionne ni lividités ni rigidité cadavériques, cela signifie qu'elles n'étaient pas encore apparues, sinon, de toute évidence, il n'aurait pas manqué de le préciser.

Ces altérations apparaissent 1 à 2 heures après le décès pour les lividités, et la rigidité est devenue évidente à la sixième heure. Or le certificat a été rédigé à 20 h 35. Le décès ne peut donc pas remonter à 3 h 49, la nuit précédente, c'est à dire 17 heures plus tôt ; c'est pourtant ce que l'enquête a affirmé... pour conclure à un accident ferroviaire. Il est étonnant que le juge lecteur du certificat ne se soit posé aucune question, (comme plus tard le juge ne retiendra pas les marques de strangulations notées par un expert).

La déclaration du médecin urgentiste affirme bien que "le décès était sûrement antérieur à moins de 6 heures".

Cette affirmation nous permet de contester le délai que les conclusions policières veulent faire admettre entre le décès et sa constatation et détruit la thèse de l'accident ferroviaire.

Mais, selon l'avocate, la déclaration du médecin et la conclusion qu'il en tire sur l'heure du décès, pour importantes qu'elles soient, ne constituent pas, pour l'instant, un fait nouveau susceptible d'obtenir la réouverture du dossier.

En effet, c'est un commentaire sur une pièce déjà au dossier. Pour en obtenir la réouverture, il faudra apporter un vrai fait nouveau, une révélation.

Il faut donc poursuivre la recherche de témoins.

 

Une nouvelle proposition d'aide vient de s'offrir à nous

Un professeur de médecine légale, qui jouit d'une notoriété internationale, avait fourni à la justice un rapport très critique sur la façon dont avait été menée l’autopsie et cela sans les photos que l’on nous a toujours refusées. Ce rapport a-t-il été lu par le juge?

Ce professeur a répondu à propos de l'envoi par Mireille et Bernard du livre "Cannabis mortel au lycée", que les absences de lividités et de rigidité étaient très importantes et que cela remettait tout en cause. Il a offert de se "replonger dans le dossier".

Obtenir les photos est notre seul espoir de pouvoir bénéficier de sa compétence.